Fantastique-Jeux de Rôle-manga...
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Santé du Forum
Dim 27 Mar - 17:20 par La Bête

» La bête
Sam 26 Mar - 20:56 par La Bête

» Présentation d'Emy
Mar 13 Aoû - 16:06 par Batmaniaque

» Syndrome de Renfield
Dim 11 Aoû - 22:14 par Azael

» Les Elfes
Lun 20 Sep - 15:25 par fanhp

» joana
Jeu 16 Sep - 7:54 par joana

» [Conte pour enfant] "le Roi du Lac"
Jeu 9 Sep - 13:34 par joana

» site référence animaux fantastiques
Jeu 9 Sep - 12:22 par joana

» Les derniers films que vous avez vu.
Jeu 2 Sep - 18:04 par ptipou

» La vidéo du jour...
Jeu 2 Sep - 16:11 par ptipou

Sondage
Que pensez vous de la nouvelle présentation du forum ?
C'est pas mal, peut mieux faire.
47%
 47% [ 8 ]
J'aime bien le nouveau look.
41%
 41% [ 7 ]
C'est très bien.
12%
 12% [ 2 ]
C'est trop foireux, retire ça de suite.
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 17
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Meilleurs posteurs
Batmaniaque (2888)
 
Lhinaë (1778)
 
Aïko (1710)
 
Lilly (1160)
 
La Bête (1107)
 
M. (736)
 
mitsie (674)
 
Baal (556)
 
Nïhïlus (516)
 
Shining Angel (502)
 
Partenaires
forum gratuit
Tchat Blablaland

Partagez | 
 

 [Conte Africain]Les sorciers et la pastèque

Aller en bas 
AuteurMessage
Baal
Le meilleur parmi les moins bons
avatar

Nombre de messages : 556
Date d'inscription : 21/09/2005

MessageSujet: [Conte Africain]Les sorciers et la pastèque   Lun 18 Aoû - 0:48

Ma foi, voici un conte populaire, basé sur les croyances africaines ou créé pour alimenter ces dites croyances.
Il se fonde sur le principe du « c’est l’histoire d’un ami du meilleur ami d’un de mes cousins… » ; À nous de nous en imprégner en ayant foi en la parole de cet ami de meilleur ami du cousin de notre ami.

(Pour lire directement le texte allez jusqu'aux pointillés)
ou téléchargez ceci : ICI

Avant de commencer, il faut savoir que malgré l’implantation chrétienne et musulmane en Afrique, il reste comme partout des anciennes croyances et superstitions qui viennent se greffer sur la religion et qui sont très vivaces dans les populations des petits villages. Certaines de ces croyances sont celles des sorciers et guérisseurs, des êtres sages auxquels on accorde des pouvoirs capables de détruire des gens au travers de malédictions ou au contraire de les sauver. Par exemple, chose apparemment courante, des maladies graves et non connues se développent par là-bas, ces maladies sont incurables et les médecins des villes ne trouvent aucune solution pour se débarrasser du mal. Deux choix s’offrent alors : cette maladie en est bien une mais on ne peut la soigner convenablement, ou alors cette maladie est en fait une malédiction et le seul moyen de s’en débarrasser est la mort ou la fin naturelle de la malédiction.

Dans le premier cas, cas que plusieurs amis à moi m’ont raconté comme étant celui de proches familiaux (grands-parents, oncles et tantes), on peut faire appel à un guérisseur comme il y a en certains villages, il faut alors s’y déplacer. Une fois l’audience auprès du guérisseur acceptée, le malade reste seul avec lui et comme par magie/miracle, il se remet tout doucement de son mal. On m’a ainsi relaté l’histoire d’une tante, qui était devenue muette à la suite de je ne sais quelle tragédie ou accident et qui dépérissait à vue d’œil au cours des ans. Elle commençait même à avoir des difficultés à se sustenter et l’on craignait pour sa vie alors que les médecins ne pouvaient la guérir. La famille se déplaça donc en troupe avec la malheureuse jusqu’à un village à deux jours de là, où un fameux guérisseur vivait. Celui-ci accorda de son temps et s’isola avec la pauvre femme pendant une vingtaine de minutes. A la sortie du guérisseur la famille se rendit au chevet de la malade, et celle-ci, encore pâle sorti ces premiers mots depuis quelques années « j’ai faim ». Hourra, elle était guérie par l’intervention magique du sage.

L’histoire qui va suivre m’a été contée lors d’une soirée chez un ami Togolais. Y étaient présents quelques autres africains d’Afrique équatoriale (Togo, Guinée, …). Au cours de la soirée les croyances populaires ont squatté les conversations et les regards de ces africains s’embrasaient, ils avaient tous vécu ou entendu des histoires de cette sorte, ils y croyaient dur comme fer pour la plupart. « Et pourtant » disaient-il, « en Europe et en y réfléchissant nous n’y croyons pas mais dès que nous retournons au pays, si on nous donne une amulette censée nous protéger, on l’acceptera tout de suite car là bas il est difficile
de ne pas y croire. » Cette histoire m’a marquée de la façon dont elle était racontée, empreinte de vérité, en tout cas pour celui qui avait alors la parole …


.......................................

L’histoire est celle d’un jeune africain parti faire ses études en Allemagne laissant derrière lui sa famille, ses amis et ses coutumes. Au cours de son séjour, il s’habitua à son nouveau pays et l’apprécia même tellement qu’il s’y installa pleinement.
Plusieurs années plus tard, cet allemand d’adoption retourne en Afrique faire une visite de courtoisie à sa famille qu’il n’avait revu depuis si longtemps. Dans le petit village, le monde est heureux et le presse de questions. Mais, son père est mécontent, la coutume veut que le fils qui visite ses parents proposition un verre à son père, et ici cette invitation n’a pas été respectée. Le père est contrit et le fait savoir à son fils. Celui-ci assumant totalement répond qu’il est conscient de ce qu’il a fait et que c’est même volontairement qu’il n’a pas respecté la tradition.
« Il est temps maintenant d’oublier ces traditions et croyances qui nous font vivre depuis des millénaires. Nous n’avons pas besoin d’être dirigées par elles pour nous aimer les uns les autres ou pour travailler ou nous amuser. Après tout ce temps passé en Allemagne je peux te dire que nous vivons mieux sans elles et que dorénavant je me suis affranchi de ces croyances. »
La discussion s’envenime, et plutôt que de rester faire empirer la situation, le fils décide de rejoindre la capitale du pays avant de renter en Allemagne.
Le soir venu, les sages du village se réunissent et abordent le sujet qui a enflammé les esprits, ils sont là pour discuter du litige et pour statuer sur les sanctions à prendre s’il s’avère que le fils est reconnu coupable. Après le dialogue, il est décidé que le fauteur de trouble est le jeune allemand et que, pour avoir rejeté les coutumes et mœurs de ses ancêtres et pour avoir prononcer de graves accusations à leur encontre, il sera mangé.
Ici, il n’est pas question d’anthropophagie mais de spiritualité. C’est l’âme et l’intérieur du condamné qui sont « dévorées».
Pour que la sanction soit effective, il faut que les sages « mangent » chacun leur part et lorsque chacun a fini, le coupable ne se réveillera plus jamais.
Les sages du village commencent alors à manger le malheureux fautif à l’exception d’une femme, proche de la mère du coupable et surtout convaincue qu’il n’est pas nécessaire d’appliquer une sanction si grave à une personne ayant le droit de vivre selon ses convictions. Sa part n’étant donc pas mangée, le fils de son ami est encore en sursis. Elle se rend alors chez la
mère du renégat afin de la prévenir que son fils court un grave danger. Celle-ci se rend donc sur le champ à la capitale pour retrouver son fils et le mettre au courant. Il est alors décider de porter plainte, l’affaire ira jusqu’au tribunal !
Le juge est un sceptique. Né citadin et ayant toujours vécu dans cette capitale, il est moins touché par les superstitions ayant court dans les villages. Sa position n’est donc pas favorable à la victime, vu que celle-ci n’en serait pas une, et il se demande encore pourquoi on lui a demandé de juger cette affaire, selon lui abracadabrante et rocambolesque.
Au cours du jugement il est clairement mis en doute le bien fondé des accusations et les soit disant pouvoirs magiques des sages.
Pour une raison dont je ne me souviens plus (demande de la part du juge ou fierté des sages) les accusés décident de monter ces pouvoirs mis en doute.
Une pastèque est demandée par les sages et apportée au tribunal. Sur la volonté des sages, cette pastèque se trouve de l’autre coté de la salle, à l’écart du conseil du village. Les sages se mettent alors à la manger à distance, à manger spirituellement le cœur de cette pastèque. A la fin de leur œuvre, la pastèque est délicatement ouverte et … stupeur, elle est totalement évidée.
Une seconde pastèque est réclamée pour confirmer ou infirmer les résultats de la première. Cette nouvelle pastèque est achetée chez un autre marchand en même temps qu’une seconde, de même qu’une autre pastèque est
achetée chez le premier commerçant.
La première des deux pastèques du second marchand est mangée par les sages et se révèle elle aussi avoir subit le même sort que la première. Les pastèques témoins sont alors ouverte et se trouve pleines. Le jugement du publique se fait facilement, les sorciers ont mangé l’intérieur de la pastèque à distance, ils ont d’effrayants pouvoirs et ont le droit de vie ou de mort sur les êtres vivant.
Le juge rend alors son verdict, n’étant pas ouvert à ces croyances il a du mal à les admettre mais, dans le doute rend une sentence équitable, un statu quo : les sages/sorciers ne seront pas condamnés à condition qu’ils promettent de ne jamais exercer leurs pouvoirs sur des êtres humains.
La victime du sortilège retourne quant à elle en Allemagne, car, comme le veut la légende, les malédictions africaines ne changent pas de continent et peuvent être endiguée lorsque l’on fuit au loin. Son départ de sa patrie de naissance sera pour lui son salut.


Désolé pour la longueur, j'ai essayé de retranscrire la totalité de mes souvenirs sur cette histoire mais je ne pourrais malheureusement pas retranscrire l'ambiance du moment, la nuit, un africain noir, convaincu par ses propos... J'ai surement enjolivé le texte pour qu'il passe mieux à l'écrit (dommage, les alinéas ne sont pas reconnus par le forum).
En espérant que cela vous ait plu.

Version imprimable


Dernière édition par Baal le Sam 13 Fév - 12:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
spl
Nécromancien du Palais


Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 24/07/2008

MessageSujet: Re: [Conte Africain]Les sorciers et la pastèque   Lun 18 Aoû - 3:50

Elle est bien ton histoire Baal, du coup je l'ai lue jusqu'au bout.
Très intéressant.
Personnellement, je pense que cette histoire a plus de vrai qu'elle ne le laisse croire.
En effet, autrefois je sortais avec une africaine, une ivoirienne/sénégalaise/cap-verdienne (rien que ça) et elle m'a raconté également ce même genre d'histoires sur les sorciers d'Afrique.
Et sachant qu'elle ne mentait jamais, je ne doute pas de la véracité de ton histoire.

Elle me raconta entre autre qu'un jour, elle avait vu un troupeau de moutons qui se dirigeait seul, la nuit, sans berger. Alors dis comme ça, c'est peut-être pas si extraordinaire que ça, mais c'est tout de même inquiétant.

Des histoires comme celle là, il y en a des tas. En Afrique, ils utilisent une sorte d'encens spécial pour chasser les mauvais esprits. Cela s'appelle du Churraï (je ne sais pas si l'orthographe est bon).
Alors je sais pas si ça marche comme ils le prétendent, mais je peux vous affirmer que ça pu à mort. C'est horrible comme odeur. Sa mère mettait ça tous les jours dans son appartement et tout le monde suffoquait. Rien à voir avec les encens à la vanille ou à la pomme. Alors j'imagine bien que si les esprits arrivent à le sentir, cela les fasse fuir.

Les sorciers existent, et pas seulement en Afrique.
On retrouve les mêmes histoires en Jamaïque, dans les Antilles, en Amérique du Sud, et partout où la civilisation destructrice et la religion chrétienne et musulmane n'a pas encore fait ses ravages.

Nous, pauvres européens, avions aussi ce genre de sorcier autrefois, tels les druides, les haruspices, et autres rebouteux de tout genre, mais nous les avons occulté pour laisser place à la technologie et à la médication industrielle, pour laisser place au catholicisme, au christianisme et autre foutaises qu'on veut bien nous faire croire (désolé si j'en choque certains, mais leur propos me dépassent).

Sommes nous à plaindre ? Oui et non, en fait. Tout dépend du point de vue où l'on se place.

Personnellement, je pense que les deux méthodes sont bonnes à prendre.

Mais à ce que j'en sais, les pouvoirs de tous ces sorciers ne sont pas vraiment fait pour aider l'être humain au sens propre du terme, mais pour les aider à comprendre les mystères de l'univers.

Quelques lectures pour les intéressés :

"L'herbe du diable et la petite fumée", ou "la prohétie des andes" de Carlos Castaneda (ainsi que tous ses autres bouquins).

"Le serpent cosmique" de Jeremy Narby, qui parle de l'ADN et des sources du savoir.

Bref, une source très intéressante de vrais bouquins sérieux et qui poussent l'homme à réfléchir sur ce qu'il est, ce qu'il doit être, et son apogée dans la quintessence spirituelle.

Ces livres ne parlent que peu de religions, ce n'est pas le thème, mais de spiritualité telle que peu d'entre nous la connaisse, bien loin de la spiritualité asiatique et de celle de nos philosophes européens.

Bref, si vous avez toujours révé de cotoyer l'infini, de tutoyer l'extase, d'être en harmonie avec la nature et l'univers, lisez ces bouquins.

Voilà.


Dernière édition par Szass Tam le Mar 19 Aoû - 1:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lhinaë
Fondatrice : Ange des Ténèbres
avatar

Nombre de messages : 1778
Localisation : ...Quelque part en ce monde de déchéance...
Date d'inscription : 28/06/2005

MessageSujet: Re: [Conte Africain]Les sorciers et la pastèque   Lun 18 Aoû - 10:48

C'est vrai que ton histoire est très interressante, j'ai tout lu jusqu'au bout... Cela dit, même si l'on peut songer à une certaine véracité de ces histoires, je reste tout de même septique sur le coup de la pastèque... j'aurai bien aimé être là pour constater...

Par ailleurs, comme vous l'avez autant dit l'un que l'autre, nous occidentaux avons perdu en quelques sorte nos sorciers, et le rares restant doivent vivre en hermites... Par contre, qu'est ce qu'on peut entendre sur de prétendus "mages noirs" de 15 ans en quète d'identité et de conflit parental !

_________________
Paix à mes cendres. Prière de ne pas éternuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
spl
Nécromancien du Palais


Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 24/07/2008

MessageSujet: Re: [Conte Africain]Les sorciers et la pastèque   Lun 18 Aoû - 17:35

Après, c'est aussi vrai que certains sorciers usent parfois de supercheries pour convaincre le public. Il n'en reste pas moins que ce ne sont pas toujours des conneries.
Ce procédé de duperie est volontaire et sert à brouiller les pistes. Car si personne ne croit en leurs pouvoirs, ils ne seront dérangés en rien et c'est ainsi qu'ils perdurent leur tradition.

Le voile de l'esprit qui nous obstrue chaque jour ne les affecte pas, eux, et ils se moquent qu'on les croit ou pas. Eux sont dans le vrai, même si certaines de leurs pratiques ne sont pas toujours vouées au bien comme la possession d'esprit des animistes et le lien spirituel qui les connecte à leurs ancêtres. Je ne dis pas que c'est mal, loin de là, ni bien ! Mais c'est vrai.

En ce qui concerne la pastèque, euh......, c'est sans doute une supercherie visant à appuyer leurs dires devant le juge, une sorte de manipulation en quelque sorte.

Le fait est : ils ont des pouvoirs, le juge ne les croit pas, alors comme ils ne peuvent ou ne veulent pas le prouver par des moyens authentiques, ils se servent de ce qui, pour nous, peut être plausible, et réaliste, en utilisant des moyens visibles et concrets.

Le secret est avant tout primordial ! Car s'il est dévoilé, ce n'est plus un mystère.

Le voile de l'illusion va bien plus loin que cela.

En ce qui concerne la Source, les chamans d'Amérique du sud avaient déjà expliqué la structure de l'ADN bien avant que la médecine moderne ne soit connue en occident.

L'ADN est en toute chose, en chacun de nous, en chaque matière vivante, il est infini.
Nous représentons, pour eux, une source d'énergie lumineuse, connectée à l'infini du cosmos.
La chaîne d'Acide Désoxyribonucléique de chacun d'entre nous, si on l'étirait sur toute sa longueur, s'étendrait jusqu'à l'infini et connecterait chaque point de l'univers.

Ainsi sont fondées leurs croyances.
Et leurs rites, aussi barbares et abscons qu'on puisse les juger, n'en sont pas moins des moyens véridiques pour parvenir à leur fin.
Les hallucinogènes qu'ils absorbent lors de ces cérémonies leur permettent de côtoyer le Cosmos et l'Astral. Selon eux, la téléportation (pas celle de SF que nous connaissons) existe bien, car ils sont connectés à l'ensemble de l'univers : hommes, plantes, minéraux...
S'ils consomment des "drogues", ce n'est pas pour faire les toxicos ou parce qu'ils en sont friands ou dépendants. Non ! Les drogues qu'ils absorbent sont pour eux le seul moyen de se déconnecter de ce monde trop puéril. Ce sont des drogues naturelles telles l'hayahuasca ou la peyote (peyocl, peyotl), la dhatura ou l'acide diéthylamide lysergique plus communément appelé LSD (oui, même ce dernier est naturel, même si l'on peut le synthétiser, cf. l'ergot de seigle).

(Je ne sais pas pourquoi mais j'ai l'impression que je vais passer pour le toxico de service. lol! )

Détrompez vous mécréants ! What a Face

Moi j'y crois parce que je l'ai constaté. J'y crois parce que leurs pensées sont, de loin, bien plus profondes, pures et spirituelles que notre façon trop simpliste de voir les choses.
J'y crois, parce que, à un moment de ma vie, j'ai eu une sorte de vision semblable, qui m'a ouvert la voie. Je ne me prétend nullement messie ou messager, je ne suis pas quelqu'un d'illuminé ou d'excentré, mais j'y crois, simplement parce que je l'ai vu.
Il suffit de se mettre en condition, d'aller au delà du voile superficiel qui nous barre la route, d'accepter d'oublier tout ce qu'on nous a enseigné, de ressentir la nature pour ce qu'elle est vraiment, d'être en harmonie avec l'Univers.

Et je vous jure qu'après, vous ne vivrez plus dans le même monde, même si, d'apparence, il est très semblable. Ainsi vous ressentirez chaque être pour ce qu'il est, vous apercevrez l'infini, sans jamais l'atteindre, mais vous l'apercevrez, aussi loin que votre "vue" vous le permettra. Par "vue", j'entend ouverture d'esprit ! Une fois que vous avez Vu, vous Verrez continuellement.

L'homme n'utilise que trop peu son cerveau pour se prétendre supérieur aux autres êtres.

Nous ne sommes que de simples sources lumineuses, plus ou moins resplendissantes.
Et certaines le sont beaucoup d'ailleurs, ce qui explique pourquoi je l'ai ressenti à travers tant de distance (hum hum, je me comprends... king (si tu me lis)).

Alors vous allez peut-être me trouver barré dans mon délire, perché à l'ouest, au nord, au sud ou à l'est, mais encore une fois, je ne suis pas un illuminé ou un déconnecté.
...
...
Voilà, avant de vous quitter, je voulais vous faire part d'une de mes expériences.

Un jour j'étais dans une teuf (Rave Party), ambiance que j'adore pour la musique, mais malheureusement pas pour ses adeptes que je trouve vulgairement toxicos et inintéressants.
J'en avais marre de côtoyer cette misère, j'en avais marre de voir que le son que j'aime entendre soit gâché par des junkys qui ne pensent qu'à une chose : se défoncer le crâne avec des substances plus qu'horribles (ecstasy, héroïne, cocaïne, MDMA, Speed...).
Alors je me suis isolé, à l'écart et j'ai réfléchi (oui ça m'arrive parfois).
Je me suis concentré (ne rigolez pas), et j'ai vu !

J'ai vu la corruption de leurs âmes, de cet endroit dans lequel j'étais. Tout cet ensemble grouillait d'abominations, tels des vers putrides qui s'amoncelaient les uns sur les autres.

J'ai écarté cette vision du mieux que je pouvais mais je ne pouvais m'en défaire, elle était face à moi, bien réelle. A ce moment, j'ai ressenti les êtres de toutes ces personnes et cela m'a horrifié. Jusqu'alors, jamais je n'avais eu une telle connexion avec ce qui m'entourait.
Déroutant certes, mais comme les gens ne semblaient pas le voir (à cause du voile), je m'en suis approché, pour mieux l'analyser et savoir vraiment si c'était une hallucination ou pas. Je tiens à préciser que je n'étais nullement sous l'emprise de drogues, volontairement ou à mon insu.

Alors je suis retourné à l'intérieur de cette teuf, en plein coeur de cette foule surexitée.
Et je ne sais pas pourquoi, mais j'ai ressenti une certaine attirance dans ce mal, une sorte de magnétisme qui m'incitait à le côtoyer. Je le palpais, il était face à moi, en chaque personne autour de moi. En moi également, sans doute.
En apparence, il ne me voulais pas de mal, au contraire, il cherchait à m'attirer dans ses bras et me bercer jusqu'à la fin de la nuit, jusqu'à la fin de ma vie...

A ce moment, deux choix se sont offerts à moi : succomber à ce mal ou essayer de ressentir la même chose mais en bien.

Je vous laisse décider de ce que j'ai choisi...

Szass, illuminé à ses heures. What a Face Shocked

PS : au fait, si un jour, en écoutant de la musique chez vous paisiblement, ou lors d'une soirée où vous avez décidé de méditer sur votre être, si ce jour vous apercevez le son, de vos propres yeux, si vous voyez les fréquences scintiller et vibrer, tourner autour de vous tels des filaments énergétiques resplendissants, si le son qui parvient à vos oreilles vous berce comme il ne l'a jamais fait auparavant, si vous ressentez une sorte d'énergie s'éprendre de vous malgré le mal ambiant qui se dégage des lieux, alors ne résistez pas à cette sensation. La transe se sera emparée de vous et deux chemins s'ouvriront à vous.
Vous n'aurez qu'à choisir !
En prenant le bon vous commencerez à être en connexion avec le Vrai.

Merci de votre attention !


Dernière édition par Szass Tam le Mar 19 Aoû - 2:28, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Batmaniaque
Administrateur : Ange vert
avatar

Nombre de messages : 2888
Age : 34
Localisation : Stéphanois qui a retrouvé le chemin du retour...
Date d'inscription : 29/06/2005

MessageSujet: Re: [Conte Africain]Les sorciers et la pastèque   Lun 18 Aoû - 17:49

Baal a écrit:
Dans le premier cas, cas que plusieurs amis à moi m’ont raconté comme étant celui de proches familiaux (grands-parents, oncles et tantes), on peut faire appel à un guérisseur comme il y a en certains villages, il faut alors s’y déplacer. Une fois l’audience auprès du guérisseur acceptée, le malade reste seul avec lui et comme par magie/miracle, il se remet tout doucement de son mal. On m’a ainsi relaté l’histoire d’une tante, qui était devenue muette à la suite de je ne sais quelle tragédie ou accident et qui dépérissait à vue d’œil au cours des ans. Elle commençait même à avoir des difficultés à se sustenter et l’on craignait pour sa vie alors que les médecins ne pouvaient la guérir.

Il est arrivé la même chose à mon père tout gamin, je m'explique :

Mon père est né au Portugal et là bas la foi religieuse est très présente, et à l'époque de son enfance la misère était plutot importante...(On se raccroche à ce que l'on peut, après je ne suis pas parfaitement athé)
Donc il avait dans les 6-8 ans, et alors qu'il était seul dans la petite maison familiale, le toit s'effondra sur lui, de cet incident et de ce véritable choc (imaginez vous en bas age vous prendre des poutres et un toit sur le coin de la g*****) il en résultat qu'il avait perdu la voix!(en plus de plusieurs fractures...)...Il n'y avait pas vraiment de psychanalistes dans le coin à l'époque et les toubibs n'arrivaient pas à soigner son mal, et c'est alors que mon grand père (Dieu est son ame) décida d'emmener mon père à un lieu saint non loin de là, à une vingtaine de km, qu'ils firent tous les deux à pied, le jour des procéssions religieuses (les processions se font le jour de la fête du saint auquel l'église ou le lieu saint en général est dédié, mais je ne me rappelle pas le nom du saint, je me renseignerais...)....Et ben arrivé sur les lieux, vous me croyez ou pas mais mon père, peut-être influencé par tant de monde, mais parfois c'est pas bon de trop chercher la petitebête^^"', et bien il retrouva l'usage de sa voix, pas un grand cri direct comme dans les films (-_-), mais un rire plutot discret... Et Si vous vous renseignez dans votre région il doit exister pas mal de petits miracles de ce genre, qui de nos jours ont peut-être une justification logique, mais qui il n'y a pas si longtemps figuraient comme manifestations divines...(C'est arrivé il y a environ 40 ans.).

Enfin bref, comme tu dis aussi Baal dans la religion Chrétienne qui s'est développé à travers le monde comme une grosse SA, certaines croyances, (qui prirent le nom de superstitions) certains lieux (réaménagé en lieu de culte Chrétien) et certaines divinités (qui prirent le nom de saints) survivent dans l'anonymat.

_________________
Je n'aurais qu'une seule chose à rajouter!!
Coincoin!.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Batmaniaque.skyblog.com
Baal
Le meilleur parmi les moins bons
avatar

Nombre de messages : 556
Date d'inscription : 21/09/2005

MessageSujet: Re: [Conte Africain]Les sorciers et la pastèque   Lun 18 Aoû - 20:03

Merci pour vos réponses. A dire vrai je ne m'attendais pas à une discussion enflammée sur le manque de spiritualité de l'être humain mais cela découle bien du message de cette histoire.
Sans parler de naïveté, je pense que les habitants des pays qui sont un peu à l'écart de la mondialisation ont une approche beaucoup moins tarabiscotée des choses que nous. Une chose arrive, on ne va pas chercher par n'importe quel moyen à rationaliser autour de ce fait mais on va le prendre avec la première logique qui vient, en pensant que les faits sont de toute bonne foi. Ici, les sorciers mangent la pastèque de l'intérieur. Après son ouverture, celle-ci se révèle vide. Nous pensons "y'a un truc", ils constatent "les sorciers ont des pouvoirs magiques".
Notre éducation et notre culture nous ont forcément influencé et cela que l'on le veuille ou non. C'est pour cela qu'il est parfois difficile de s'adapter dans certains pays (comme au Japon ou en Chine) ou des actions qui nous semblent justes sont pour eux négatives ou hors la loi.
Quand on observe l'actualité étrangère, on ne peut objectivement y réagir car nous avons un mode de pensé européen et donc une approche européenne du problème, approche qui n'est pas forcément en adéquation avec celle des peuples concernés.
Avant de m'embrouiller plus je vais m'arrêter.

Bat, en effet, ces gens que l'on qualifie de simples mais qui ne le sont pas ont une foi en leurs croyances qui permet d'accomplir des miracles ou de miraculiser des faits.
Je suis agnostique, européen et scientifique, je ne peux donc m'empêcher de penser qu'une raison concrète se cache derrière ces miracles. En tout cas, cela ne m'étonne pas que chacun de nous ait entendu une histoire de ce type (si ce n'est plus).

Merci encore d'avoir lu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Batmaniaque
Administrateur : Ange vert
avatar

Nombre de messages : 2888
Age : 34
Localisation : Stéphanois qui a retrouvé le chemin du retour...
Date d'inscription : 29/06/2005

MessageSujet: Re: [Conte Africain]Les sorciers et la pastèque   Lun 18 Aoû - 21:12

Merci à toi, et sinon comme disait un pote à moi avant que je ne parte de Toulouse quand on causait de ça (un mj vampire en puissance), il se sentait Chrétien culturellement, et absolument pas cultuellement (vous avez saisi la nuance?), ce qui résume un peu ce que tu as dis... Wink

_________________
Je n'aurais qu'une seule chose à rajouter!!
Coincoin!.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Batmaniaque.skyblog.com
spl
Nécromancien du Palais


Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 24/07/2008

MessageSujet: Re: [Conte Africain]Les sorciers et la pastèque   Mar 19 Aoû - 2:23

Lhinaë a écrit:
Par contre, qu'est ce qu'on peut entendre sur de prétendus "mages noirs" de 15 ans en quête d'identité et de conflit parental !

Désolé, je voulais y répondre dans mon post précédent, mais comme il était long à écrire j'ai fini par oublier.

Alors que dire de ces gosses qui se prennent pour des mages noirs ?

- Ha ha ha d'abord.

- Ensuite, je dirai qu'il faut qu'ils arrêtent de regarder des séries comme Charmed ou Buffy contre les vampires. Ça ne leur réussi pas. (S'il vous plaît, ne me dites pas que vous aimez ces séries à la noix avec des effets spéciaux à deux balles et des histoires répétitives).

- Troisièmement, euh..., à 15 ans, on est loin d'avoir compris la vie. Si après leurs délires ne nuisent à personnes, ça va !
Mais si cela entraîne des répercussions sur autrui, alors je dirai qu'il faut les enfermer.

Quand à la crise existentielle qui les confronte à leurs parents, et bien je dirai qu'on a tous connu ça, enfin je crois.
Moi quand j'étais petit (il y a environ 153 ans), je ne m'entendais pas avec mon père et les conflits étaient inévitables.
Avec le temps on grandit (pas tous je tiens à le préciser) et on mesure mieux nos propos.
Ainsi va la vie.
Ce qui m'inquièterai moi c'est de voir des mages noirs, adultes, qui se prennent beaucoup plus au sérieux et qui forment des sectes très privées où le mal abonde.

Pour les jeunes, laissons les dans leurs délires, ils finiront bien par grandir un jour et en sortir.

Et vous, ça vous est arrivé de vous prendre pour un tel personnage ?
Moi quand j'étais petit, je voulais être la panthère rose, je la trouvais marrante.
Ou l'inspecteur gadget...

Bref....... le bon vieux temps quoi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lhinaë
Fondatrice : Ange des Ténèbres
avatar

Nombre de messages : 1778
Localisation : ...Quelque part en ce monde de déchéance...
Date d'inscription : 28/06/2005

MessageSujet: Re: [Conte Africain]Les sorciers et la pastèque   Mar 19 Aoû - 14:59

Inspecteur gadget ?! Razz
R'marque... étant gamine j'ai fait connaissance avec les comics Marvel... Et X-men en particulier, donc voilà en gros mes fabulations quand j'avais 14 ans... "avoir des superpouvoirs" Rolling Eyes

_________________
Paix à mes cendres. Prière de ne pas éternuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
spl
Nécromancien du Palais


Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 24/07/2008

MessageSujet: Re: [Conte Africain]Les sorciers et la pastèque   Mar 19 Aoû - 16:58

On a tous rêvé ou imaginé un jour d'avoir des supers pouvoirs !
Moi parfois aussi, j'aimerai savoir faire des kamehameha et détruire la civilisation...

Comment ça je suis violent ?

Bref, je m'éloigne encore une fois du sujet. J'en connais un qui sera pas content.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Conte Africain]Les sorciers et la pastèque   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Conte Africain]Les sorciers et la pastèque
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A.La girafe sens dessus dessous (conte africain)
» [Catégorie] Conté ou pas
» Confiture de pastèque (ou melon d'hiver)
» Histoire de Korrigans/Conte breton
» Cendrillon/Conte de Charles Perrault

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE PALAIS DU FANTASTIQUE :: MYTHOLOGIES :: Autres mythologies...-
Sauter vers: